A.S. MONT-SAINT-SULPICE : site officiel du club de foot de MONT ST SULPICE - footeo

Les lésions musculaires et articulaires

LES ACCIDENTS MUSCULAIRES


1) La Contracture


Le muscle ne retrouve pas sa longueur initiale après un exercice, d'où douleur. C'est la conséquence d'une activité anormale ou exagérée du muscle. Il n'y a pas de lésion. Elle n'arrive pas pendant l'entraînement (mais une heure ou deux après ou le lendemain matin).
Thérapie : chaleur, massage et repos.

2) L'Elongation


Elle intervient au cours de l'exercice. Généralement ce n'est pas une douleur très importante. Impression d'étirement du muscle qui n'implique pas l'arrêt de l'effort mais simplement sa limitation. Il n'y a pas de gros dégâts anatomiques. C'est l'inverse de la contracture, le muscle a été au delà de ses possibilités d'étirement.
Thérapie : Repos, pas de massage ; plutôt de la glace, et faire, si possible, de la physiothérapie. La guérison intervient entre 4 et 7 jours.

3) Le Claquage


C'est la lésion d'un certain nombre de fibres musculaires. Il y a dégâts anatomiques. Classiquement son apparition est brutale et on la ressent en plein effort. Elle contraint à une interruption immédiate de l'activité. Le diagnostic est souvent évident, l'individu étant coupé en plein effort. Il arrive néanmoins que le claquage intervienne en deux temps : c'est le cas de l'athlète continuant son effort sur une élongation préalable ce qui va entraîner un claquage. D'où l'obligation de se reposer dès l'apparition de la moindre gêne musculaire en cours d'exercice. C'est un signal d'alarme qu'il est indispensable de respecter. Toute douleur qui persiste huit jours après sa survenue, signifie que l'on avait affaire à un claquage.
Le claquage touche le plus souvent les ischio-jambiers mais peut survenir sur n'importe quel muscle, notamment le quadriceps crural et les jumeaux.
Déchirure
Le muscle peut parfois se rompre totalement, c'est la déchirure musculaire qui est un accident très grave devant parfois être opéré. Le claquage est du à un dépassement des possibilités physiologiques du muscle. Dépassement souvent causé par un geste incorrect en particulier dans son amplitude.(exemple : le sprinter qui va "tracter" et être en lordose lombaire ; ce qui implique une charge de travail trop importante incombant aux ischios).
Thérapie : Appliquer de la glace ou du froid immédiatement. Eviter surtout toute manipulation et faire un examen très sérieux par un médecin sportif.
Guérison: entre 3 et 4 semaines.

4) Les Crampes


DÉFINITION:
Contraction involontaire, brutale et douloureuse d’un groupe musculaire, généralement due à une sur utilisation des muscles concernés. Un surentraînement, une mauvaise préparation physique, une mauvaise alimentation, une déshydratation... Elle dépend de nombreux facteurs.

Cette crampe apparaît souvent à la fin d’un effort prolongé.

SYMPTÔMES
La douleur est brutale, intense et s'accompagne d'un déplacement du segment de membre relié au muscle.

La crampe entraîne une impotence fonctionnelle totale, et dure de quelques secondes à une minute.

LE PREMIER GESTE
Il faut étirer lentement le groupe musculaire concerné pendant une trentaine de secondes.

Cet étirement peut être réalisé par un coéquipier ou par soi-même. Par exemple, pour le mollet, plier le genou, prendre le pied et le ramener doucement vers soi en flexion jusqu’à ce qu’il fasse un angle droit avec la jambe.

La reprise de la course se fera lentement pour effectuer un drainage du muscle (dans le cas des membres inférieurs) avant de rentrer sur le terrain si la crampe ne réapparaît pas immédiatement. Dans le cas contraire, l’arrêt est obligatoire.

Il peut être intéressant de réaliser un massage léger, associé à l’étirement pour augmenter le drainage vasculaire du muscle.

Si la douleur est très importante, du froid peut être appliqué.



LE FROID POUR SOIGNER, LE FROID POUR RÉCUPÉRER


Appliquer du froid sur une blessure ou un traumatisme est presque un réflexe dans les milieux sportifs.
Au-delà du soulagement et de l’effet parfois « magique » de l’éponge glacée, quels sont , aujourd’hui , les mécanismes, les limites et les perspectives de la cryothérapie ?

Les effets positifs du froid

Le froid est efficace en phase aiguë d’une blessure, il favorise une diminution de l’hémorragie et de l’œdème suite à un traumatisme. L’application de glace provoque une vasoconstriction des vaisseaux sanguins, le métabolisme cellulaire est ralenti et l’on observe une baisse de la production de déchets métaboliques et autres toxines. Le froid protège les tissus des effets produits par la réaction inflammatoire. Enfin l’abaissement de la température provoque localement une sorte d’anesthésie qui explique le soulagement ressenti lors du glaçage de la partie endolorie.
Par contre, le froid n’est pas recommandé lors d’inflammations chroniques.
CONSEILS POUR LES BLESSURES

EXAMEN SUR LE MOMENT DE LA BLESSURE : l'examen a pour but d'établir un pronostic de gravité. Il prend en compte :

- Comment la blessure est survenue
- L'importance de la douleur du joueur
- L'impotence fonctionnelle
- Le testing musculaire : à éviter car peut aggraver la lésion
- L'existence ou non d'un hématome

QUELS SONT LES TRAUMATISMES POSSIBLES ?
Les traumatismes musculaires se décomposent en 2 catégories :

Trauma sans lésions anatomiques : courbature, crampe et contracture.
Trauma avec lésions anatomiques : contusion, élongation, déchirure et rupture.

QUI EST QUOI ?
Après avoir pronostiqué la gravité de la blessure, savoir la reconnaître :

DÉFINITION:
Lésion d'une articulation, liée à un étirement ou à une rupture d'un ou plusieurs ligaments lors d'un mouvement brutal de torsion.

Il existe 3 degrés de gravité:

Entorse bénigne: simple distension des ligaments
Entorse moyenne: distension de l'ensemble du ligament avec rupture d'un faisceau du ligament et de la capsule articulaire (membrane de protection de l'articulation).
Entorse grave: rupture complète du ligament avec possibilité d'arrachements osseux associés.

SYMPTÔMES:
Entorse bénigne:

douleur en 3 temps (douleur initiale suivie d'une indolence, suivie quelques heures après par la réapparition d'une tension douloureuse).
Gonflement dans l'heure
Pas d'ecchymose (bleu)

Entorse moyenne:

Douleur en 3 temps
Gonflement rapide en quelques minutes
Ecchymose (bleu) qui apparaît 24 heures environ après le traumatisme

Entorse grave:

Douleur en 3 temps ou en 2 temps (pas de reprise de la douleur, la rupture est totale
Perception d'un craquement ou d'une sensation de déchirure.
Gonflement rapide et quelques minutes
Ecchymose (bleu) qui apparaît avant 24 heures

LE PREMIER GESTE:
Il faut limiter le gonflement en appliquant le protocole GREC=Glace, Repos, Élévation, Compression.

Glace: Appliquer de la glace pendant 10 à 15 minutes sur la blessure en évitant de brûler la peau.

Repos: Arrêt des activités physiques

Élévation: Pour améliorer le drainage de l'œdème, il est important de surélever le membre (au mois 45 degré pour le membre inférieur)

Compression: A la fin du glaçage, maintenir le membre surélevé

A NE PAS FAIRE :
Il ne faut absolument pas appliquer de la chaleur !

 

Montois! est devenu membre 1 an
2-3
ASM B / Champs sur Yonne B plus de 2 ans
ASM B / Champs sur Yonne B et Coulanges la Vineuse / ASM : résumés des matchs plus de 2 ans
4-0
Coulanges la Vineuse / ASM plus de 2 ans
5-1
ASM / St Georges plus de 2 ans
ASM / St Georges et Montillot / ASM B : résumés des matchs plus de 2 ans
1-2
Montillot / ASM B plus de 2 ans
1-3
Vergigny / ASM plus de 2 ans
Vergigny / ASM et ASM B / Magny : résumés des matchs plus de 2 ans
0-9
ASM B / Magny plus de 2 ans
0-1
Fleury la Vallée / ASM plus de 3 ans
Fleury la Vallée / ASM : résumé du match plus de 3 ans
ASM - Chevannes (15/11/2014) : nouvelles photos plus de 3 ans
ASM - Chevannes (15/11/2014) plus de 3 ans
4-2
ASM / Chevannes plus de 3 ans

Les membres déjà inscrits sur le site de votre club :

  • 2 Dirigeants
  • 1 Entraîneur
  • 13 Joueurs
  • 3 Supporters

Aucun événement

MANIFESTATIONS À VENIR

A noter